Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/al59251/www/config/ecran_securite.php on line 370
Une nouvelle aventure commence - Ville-Allennes-les-Marais.fr [Officiel] Ville-Allennes-les-Marais.fr [Officiel]
Ville-Allennes-les-Marais
Accueil > Archives > Les Événements > Les évènements de 2009 > Aoùt 2009

Une nouvelle aventure commence

Publié le : 21 août 2009 Version imprimable de cet article Version imprimable

Trois semaines après les terribles moments que nous avons vécus le 31 juillet dernier et malgré le mois d’août, peu propice aux affaires, une nouvelle aventure commence .

Au travers du site de la commune, vous serez informés de l’avancement des travaux, des choix que nous ferons avec le maitre d’oeuvre et les entreprises, qui auront comme objectif, celui de redonner à l’église la fière allure qu’elle avait avant l’incendie.

Dès le lundi 24 août, l’entreprise REATUB mettra en place un “parapluie” au dessus de la nef, des transepts et du choeur de l’église. Cet ensemble permettra de travailler sur la charpente sans craindre les intempéries, de plus les murs seront protégés.
5 à 6 semaines seront nécessaires pour effectuer le montage de l’échafaudage.

Les cloches étant fêlées, il faut absolument les descendre et les envoyer en atelier pour les faire expertiser.Pour permettre la descente des cloches il faut effectuer une dépose complète du vitrail au dessus de la porte d’entrée , ainsi que de l’ensemble de la ferrure.
C’est l’entreprise BROUARD, celle là même qui a procédé à la rénovation des vitraux qui sera chargée de l’opération et ceci dès le 25 août ( 3 jours)



Et puis à partir du 31 août, Augustine, Désirée et Louise seront descendues pour être dirigées vers la fonderie de TREMENTINES (49 ) afin d’y être expertisées. C"est l’entreprise BODET qui sera chargée de l’opération.

En parallèle, nous écrivons le cahier des charges nécessaire à la consultation que nous devrons lancer pour assurer la maîtrise d’oeuvre du chantier.

Voilà où nous en sommes.